public marks

PUBLIC MARKS from srcmax with tags user:alexandre & upian

2013

Ecole de journalisme de Sciences Po - Alexandre Brachet, un pionnier du Web documentaire

Du point de vue de l'editing, Alma, une enfant de la violence est aussi une petite révolution: chacun peut désormais s'approprier l’œuvre en l'intégrant directement sur son site, comme nous l'avons fait ci-dessous. L'audience est comptabilisée à la fois par Upian et par le site qui héberge les "embed". Alexandre Brachet a flairé la bonne idée. 42% du trafic sur le Web documentaire est généré par les sites qui l'ont "embedé" sur leurs pages. "La vraie révolution d'Internet, c'est l'hypertexte", insiste-t-il.

Web et télévision, deux écritures en partage

(via)
Ecrivain, Dan Franck est aussi scénariste pour le cinéma et la télévision. Alexandre Brachet est producteur, fondateur de Upian, une société spécialisée dans le webdocumentaire. De l'écriture aux modes de narration ou de diffusion, rencontre à la croisée de deux mondes voués à s'unir.

État des lieux du webdocumentaire - FRANCE 24

by 1 other
En une dizaine d’années, le webdocumentaire a acquis ses lettres de noblesse. Il a aujourd’hui ses prix, ses festivals internationaux, ses références incontournables et ses clubs d’aficionados. Mais au-delà du cercle des professionnels et autres initiés, où en est vraiment le webdoc ? A-t-il trouvé ses marques… et son public ?

2010

designers interactifs - Magazine - Interviews - Interview d’Alexandre Brachet, Upian

Alexandre Brachet, fondateur du studio Upian, a répondu à quelques questions sur son positionnement, les inspirations, le savoir-faire inédit développé par son équipe autour de l’écriture et la production de webdocumentaires et de sites médias.

Le webdocumentaire #1 « ZMÂLA

Entretien avec Alexandre Brachet, fondateur d’Upian (www.upian.com), maison de production plurimédia.

Propos recueillis par Éric Karsenty, Paris le 27 mai 2010.

“Redesignons le Monde”: compte-rendu » Article » OWNI, Digital Journalism

Pour approfondir le sujet, nous avons demandé leur avis sur l’ergonomie de la page d’accueil du Monde.fr à deux spécialistes. Alexandre Brachet, fondateur d’Upian, nous explique qu’ “en tant que lecteur du journal et du site, [il est] très à l’aise avec l’existant” :

Le mariage de l'info et du jeu vidéo - LeMonde.fr

by 1 other

L'équipe d'Upian ne s'arrête pas là : dans la foulée, elle développe un mini-jeu sur Dominique Strauss-Kahn et l'affaire de la MNEF ou un autre sur les déboires de Paco Rabanne avec la presse. "A l'époque, nous, on appelait ça des 'galettes', entre autres parce que c'était des petits trucs à servir chaud", se souvient Alexandre Brachet. "On n'avait pas l'impression de faire des jeux vidéo ; moi, je n'ai pas du tout cette culture-là. Mais on se disait qu'un dessin de presse, sur Internet, ça devait forcément être interactif !"

Gay on line | Public Sénat VOD

La communauté homosexuelle s'affirme sur le Net. Si le Web donne aux homos le moyen d'échanger et de lutter contre les préjugés...Les tabous et les clichés ont cependant la vie dure comme en témoigne la censure de la Pub pour le magazine Têtu...où le dernier rapport de SOS homophie qui montre que le Net est également le réceptacle des injures les plus dures. www.tetu.fr - www.yagg.com Portrait d'Alexandre Brachet, fondateur de l'agence Upian et webproducteur de "Prison Valley". www.upian.com - http://prisonvalley.arte.tv

Le webdocu master Alexandre Brachet - Nouvelles technos - Télérama.fr

by 2 others

“Gaza/Sderot”, “La Cité des mortes”, “Prison Valley”… L'agence Upian, fondée en 1998 par le pionnier Alexandre Brachet, se fait une réputation avec des webdocumentaires ambitieux et engagés. Formes inédites, design irréprochable au service du sens et passion du travail bien fait devraient faire école sur la Toile.

Arte lance sa plateforme Web documentaire avec Havana / Miami | [email protected]

(via)
Sinon, l’événement c’est aussi la sortie de Havana / Miami et les premières impressions confirment ce que laissait supposer une récente présentation d’Alexandre Brachet sur l’Upian way of making web documentaries : une interface intelligente et belle et la promesse d’un récit qui se tisse des frémissements de la toile…

Alexandre Brachet présente "the Upian way of making web documentaries" | [email protected]

En Anglais dans le texte… With a nice french accent that makes it easy for everyone to understand what it’s all about.

Power to the Pixel, Berlin revival : l’architecture d’une histoire transmedia à la portée de tous (1/3) « The Biz and Tech Lab

(via)

Puis, Alexandre Brachet a exposé deux web-documentaires qu’il a produits. Gaza Sderot a la particularité d’être diffusé, comme son nom l’indique, seulement sur internet, et d’être en permanence en split screen : l’internaute suit l’histoire de six personnages à Gaza (en Palestine) et à Sderot (en Israël) en même temps sur le même écran ; il peut également décider de les suivre personnage par personnage, par sujet (le sport par exemple), ou par lieu (tous définis sur une carte du type Google Earth). Ainsi, la narration peut, à tout moment, être délinéarisée ou relinéarisée… C’est à l’internaute de décider de quelle manière il veut visionner le documentaire.

2009

RFI - Historias en internet

by 1 other

Multimedia entrevistó también a Alexandre Brachet, fundador de la agencia Upian, productora de web documentales, o documentales en internet, un género donde las historias son la clave.

REPORTAGE « Le blog du festival des 4 écrans

1 comment (via)

Les élèves de Bondy, guest-stars de l’après-midi lycéenne. Des jeunes de la banlieue parisienne sont venus présenter “Vues migratoires”, leur web-documentaire.

Du neuf et du frais dans le Web-documentaire :

Pourtant, le Web-reportage n’a pas encore de forme arrêtée. Presque chaque nouveau sujet est l’occasion d’une présentation différente. “C’est un genre qui reste encore largement à exploiter”, fait remarquer Philippe Couve dans ‘Le Monde’. Il pointe ainsi de grandes différences entre des diaporamas sonores pouvant être assez linéaires dans la narration et certains documentaires imaginés comme des sites à part entière (comme Ciudad Juarez, réalisé par la société de production Upian). Alexandre Brachet, responsable d’Upian, dresse d’ailleurs le même constat. “Le temps n’est pas encore venu de dupliquer les formats, mais plutôt de continuer à en créer de nouveaux” explique-t-il. “Les internautes demandent à être surpris”, affirme-t-il.

Le web-documentaire explose sur la toile sur 20minutes.fr

(via)

Une évolution qu'Alexandre Brachet, d'Upian, a effectuée avec ses propres productions. «En 2002, avec “La Cité des mortes”, on essayait d'utiliser les contenus différents, vidéos, photos, cartographie. Puis dans “Thanatorama”, on a vraiment introduit l'interactivité, puisque l'internaute en est le héros… mort! Enfin, avec “Gaza/Sderot”, on a intégré graphisme et technologies à l'histoire, puisqu'il s'agissait de décrire les vies parallèles dans ces deux villes, avec par exemple une frontière entre deux écrans sur le site».

Upian développe actuellement «Canon City», un web-docu sur les prisons américaines «où, nouveau pas, on va insérer des contenus envoyés par les internautes, car je pense que le web-documentaire doit être une œuvre collective». Et, donc, en progrès.

SUNNY SIDE OF THE DOC L'époque est au webdoc - Charente-Maritime / Actualité / Grand La Rochelle - Jeudi 25 Juin 2009 - SUDOUEST.COM

(via)
Autre pionnière de la création de webdocs, la société Upian exploite à fond toutes les nouvelles possibilités qu'offre Internet. Déjà remarquée avec « La Cité des morts » en 2005, qui traitait des assassinats de femmes à Ciudad Juárez au Mexique, elle présente cette année à La Rochelle « Gaza/Sderot », le récit de la vie quotidienne dans ces deux villes, situées de part et d'autre de la frontière israélo-palestinienne.

"Le Buzz" : les web-séries ont (enfin) la cote ! - LCI est @ vous / Le Buzz / Zap Net

Les web-séries ne sont plus risibles ! Elles trouvent désormais des financements, des acteurs et producteurs compétents...

Emmanuel Schwartzenberg, producteur des "Brèves de Marseille", et Alexandre Brachet, d'Upian, étaient sur le plateau du "Buzz"...

BondyBlog

by 1 other

Ça dépend des boîtes. Moi je pense qu’aujourd’hui, il est hyper important que des boîtes comme la nôtre soient visibles par des lycéens. Il faut que des jeunes en première aient les moyens de choisir leur orientation en sachant ce qu’est une société. J’aime bien l’idée de montrer à des jeunes d’où qu’ils soient, comment cela fonctionne chez nous. Ce genre de projet représente pour nous une liberté, une vraie bouffé d’air. Il n’y pas de contrainte psychologique, ni d’enjeux commerciaux comme les commandes. Sur « Vues Migratoires », on a essayé d’aiguillier les élèves afin qu’ils innovent dans le récit multimédia. Mais le plus intéressant de tout ça, c’est l’humain. Monter un projet comme celui-là permet de communiquer avec des jeunes, et ça te sors de ton univers classique. Même si, à Upian, nous faisons beaucoup de choses décalées : ouvrir une galerie d’art et des documentaires...

French producer living good 'Life' - Entertainment News, Film News, Media - Variety

by 2 others
An unusual and original approach to documentary filmmaking is paying off for Gaul's Alexandre Brachet.

C'est l'heure de ma websérie - Nouvelles technos - Télérama.fr

(via)
Documentaires, courts métrages et même feuilletons, la production audiovisuelle conçue spécifiquement pour Internet explose. Un joyeux bazar créatif.