public marks

PUBLIC MARKS from noel_basile with tags grande-bretagne & "Tony Blair"

10 September 2006

Relations franco-britanniques : du transfert de frustration chez l'ancien ministre Michael Portillo - Le Blog de Noel Basile

De vives critiques se font entendre à Londres contre la diplomatie française pour son attitude insubordonnée à la puissance américaine, qualifiée par certains commentateurs de «poudre aux yeux». C'est le sens qu'a donné un ancien ministre de la défense de droite à son point de vue publié dans le Sunday Times Indécrottables Anglais. Dès qu'il s'agit de taper sur la France, ils ne font jamais dans la demi-mesure. La dernière charge en date est l'oeuvre de Michael Portillo, ancien ministre de la défense dans le gouvernement conservateur de John Major. Commentant dans le Sunday Times les tâtonnements de Paris avant de fixer le nombre de ses soldats affectés finalement à la mission des Casques Bleus au Sud Liban, cet ex-responsable politique converti aux plateaux de télévision a tiré à boulets rouges. Cela nous a valu un procès uniquement à charge et un parallèle, aussi léger qu'un pudding, dressé entre les Français champions de la «grandiloquence» et les Britanniques, parangons du «pragmatisme».

27 August 2006

La police britannique critiquée pour avoir délégué certains volets de sa lutte contre l'immigration clandestine - Le Blog de Noel Basile

Le ministère de l'Intérieur britannique est étrillé par les syndicats et l'opposition après les révélations du Sunday Telegraph, de ce dimanche 27 août, sur les bévues dont s'est rendue responsable une société française de gardiennage à laquelle le gouvernement de Tony Blair a fait appel, depuis 2004, pour empêcher les immigrants illégaux d'entrer au Royaume-Uni. Les employés d'Eamus Cork Security (ECS), basée à Oye Plage, charmante commune de 6000 habitants dans le Pas-de-Calais, « ne sont pas animés par la motivation indispensable au bon accomplissement de leur mission » accusent les syndicalistes anglo-saxons ajoutant que les Français ont été embauchés en raison de leurs salaires inférieurs à ceux des vigiles du cru.