public marks

PUBLIC MARKS from srcmax with tags "gaza sderot" & upian

This year

Webdocumentairement vôtre, partie 1 - Multimédia - FocusVif.be

by 1 other
Le format "webdoc'" est en vogue, et comme on ne boude pas notre plaisir, Focus vous propose une liste de dix réalisations aussi innovantes que passionnantes. Découvrez les cinq premiers webdocumentaires de notre sélection; le plus poignant, le plus extrême, le plus 2.0, le plus claustrophobe et le plus tristement actuel.

2013

Ecole de journalisme de Sciences Po - Alexandre Brachet, un pionnier du Web documentaire

Du point de vue de l'editing, Alma, une enfant de la violence est aussi une petite révolution: chacun peut désormais s'approprier l’œuvre en l'intégrant directement sur son site, comme nous l'avons fait ci-dessous. L'audience est comptabilisée à la fois par Upian et par le site qui héberge les "embed". Alexandre Brachet a flairé la bonne idée. 42% du trafic sur le Web documentaire est généré par les sites qui l'ont "embedé" sur leurs pages. "La vraie révolution d'Internet, c'est l'hypertexte", insiste-t-il.

2011

2010

L’émergence des web docus - Paperblog

(via)

Dernièrement, c’est Prison Valley qui fait le buzz, produit par Upian et Arte. Ce webdoc sur l’industrie carcérale bénéficie d’une excellente campagne de promotion et le bouche à oreille électronique est sans doute justifié.

Arte lance sa plateforme Web documentaire avec Havana / Miami | FABRIQU@BLOG

(via)
Sinon, l’événement c’est aussi la sortie de Havana / Miami et les premières impressions confirment ce que laissait supposer une récente présentation d’Alexandre Brachet sur l’Upian way of making web documentaries : une interface intelligente et belle et la promesse d’un récit qui se tisse des frémissements de la toile…

Alexandre Brachet présente "the Upian way of making web documentaries" | FABRIQU@BLOG

En Anglais dans le texte… With a nice french accent that makes it easy for everyone to understand what it’s all about.

Power to the Pixel, Berlin revival : l’architecture d’une histoire transmedia à la portée de tous (1/3) « The Biz and Tech Lab

(via)

Puis, Alexandre Brachet a exposé deux web-documentaires qu’il a produits. Gaza Sderot a la particularité d’être diffusé, comme son nom l’indique, seulement sur internet, et d’être en permanence en split screen : l’internaute suit l’histoire de six personnages à Gaza (en Palestine) et à Sderot (en Israël) en même temps sur le même écran ; il peut également décider de les suivre personnage par personnage, par sujet (le sport par exemple), ou par lieu (tous définis sur une carte du type Google Earth). Ainsi, la narration peut, à tout moment, être délinéarisée ou relinéarisée… C’est à l’internaute de décider de quelle manière il veut visionner le documentaire.

Espresso | Une réponse à Léa…

(via)

Simplement génial, Gaza/Sderot peut probablement être considéré comme l’un des plus important Webdocumentaire à ce jour, parce que c’est avant tout sur le Web qu’il prend toute sa force, parce que sa non-linéarité et la liberté qu’il propose au lecteur fait partie intégrante de sa trame narrative.

Arte webexplore l'Afrique - 20minutes.fr

by 1 other

Arte lancera d’ailleurs le 22 février son portail des web documentaires. Dans les prochaines productions à venir: Havana/Miami (sur le principe de Gaza/Sderot, soit la vie quotidienne de deux territoires symboliquement ou concrètement séparés), Prison Valley (production Upian), le 15 avril, sur une ville-pénitencier du Colorado, et «New York Minute».

2009

Webdocumentaire, le reportage à l'ère du multimédia - Culture - la-Croix.com

(via)

Habituées aux coûts de production de films documentaires ou de reportages vidéo, les chaînes de télévision sont en revanche mieux préparées à investir dans ces nouveaux objets pour leurs propres sites. Arte a ainsi produit pour 216 000 € le webdocumentaire Gaza/Sderot, transformé en un film de 52 minutes diffusé ensuite à l’antenne. De la même façon, France 5 a lancé un appel à projets pour un projet au long cours intitulé Portraits d'un nouveau monde , dont le budget est de 400 000 €.

Ce sont donc vers les différentes maisons de production et de diffusion qui se sont créées ces dernières années (Narrative, Upian) et vers les sites Web de chaînes de télévision ou de radio que se tournent les webdocumentaristes.

Le web-doc, un renouvellement du genre documentaire

Les premiers web-doc sont l'oeuvre de sociétés indépendantes, comme l'agence Upian, pionnière dans ce domaine, qui a produit "La cité des mortes" sur la disparition des femmes à Ciudad Juarez au Mexique. Côté télévision, Arte, la chaîne culturelle franco-allemande, a été précurseur en participant avec Upian au projet "Gaza/Sderot", où l'on suit la vie d'une dizaine de personnes des deux côtés de la frontière, en Palestine et en Israël.

Workshop Transmedia, une première ! | transmedia lab

(via)

Transmedia Web : zoom sur un site Web, Gaza Sderot (Upian)

Avec les Web-documentaires 2.0, une nouvelle écriture @udiovisuelle est en marche :

Le web-documentaire est resté un genre sous exploité pendant longtemps, parce que mal défini puisqu’il se trouve aux frontières de la web tv, du magasine en ligne ou du journal de bord. Aujourd’hui la donne a changé. On trouve des réalisations percutantes et créatives travaillés avec les nouveaux outils multimédia, textes, images, vidéos… une manière de mettre les nouvelles technologies au service de la connaissance et d’un point de vue.

Le web-documentaire, avenir du documentaire ? - l'Humanite

(via)

Il y a sans doute un avant et un après Gaza/Sderot, la vie malgré tout, en ligne à l’automne dernier. Ces portraits et des regards croisés sur la vie quotidienne des deux côtés de la frontière israélienne ont été visités par 400 000 personnes et un million de vidéos ont été consultées.

Et si ça fonctionne, c’est parce qu’Arte a su être offensif sur ce nouveau terrain à défricher, en travaillant avec des producteurs spécialistes d’Internet, comme Upian et en dotant d’un million d’euros par an une unité consacrée au Web. Cet engagement ne semble pas encore être le même notamment à France Télévisions (excepté France 5, dont un projet de 24 web-documentaires est en cours de réalisation) et à Canal Plus.

Le Web-docu tisse sa toile sur 20minutes.fr

Une évolution qu'Alexandre Brachet d'Upian a constatée avec ses propres productions. « En 2002, avec La Cité des mortes, on essayait d'utiliser des contenus différents, vidéos, photos, cartographie. Puis, dans Thanatorama, on a introduit l'interactivité, puisque l'internaute en est le héros... mort ! Enfin, avec Gaza/Sderot, on a intégré graphisme et technologies à l'histoire, puisqu'il s'agissait de décrire les vies parallèles dans ces villes, avec, par exemple, une frontière entre deux écrans sur le site. » Upian développe Canon City, un Web-docu sur les prisons américaines, « où, nouveau pas, on va insérer des contenus envoyés par les internautes car je pense que le Web-docu doit être une oeuvre collective ». Et donc, en progrès.

N°2 : dans les entrailles d’Upian - Webdocu.com

Deuxième volet de la série sur Upian, la boite web d’Alexandre Brachet qui s’est distinguée par des excellents webdocus comme Gaza/Sderot, Thanatorama ou la Cité des Mortes. Alexandre nous emmène dans l’antre de l’Upian…

Le web-documentaire explose sur la toile sur 20minutes.fr

(via)

Une évolution qu'Alexandre Brachet, d'Upian, a effectuée avec ses propres productions. «En 2002, avec “La Cité des mortes”, on essayait d'utiliser les contenus différents, vidéos, photos, cartographie. Puis dans “Thanatorama”, on a vraiment introduit l'interactivité, puisque l'internaute en est le héros… mort! Enfin, avec “Gaza/Sderot”, on a intégré graphisme et technologies à l'histoire, puisqu'il s'agissait de décrire les vies parallèles dans ces deux villes, avec par exemple une frontière entre deux écrans sur le site».

Upian développe actuellement «Canon City», un web-docu sur les prisons américaines «où, nouveau pas, on va insérer des contenus envoyés par les internautes, car je pense que le web-documentaire doit être une œuvre collective». Et, donc, en progrès.

SUNNY SIDE OF THE DOC L'époque est au webdoc - Charente-Maritime / Actualité / Grand La Rochelle - Jeudi 25 Juin 2009 - SUDOUEST.COM

(via)
Autre pionnière de la création de webdocs, la société Upian exploite à fond toutes les nouvelles possibilités qu'offre Internet. Déjà remarquée avec « La Cité des morts » en 2005, qui traitait des assassinats de femmes à Ciudad Juárez au Mexique, elle présente cette année à La Rochelle « Gaza/Sderot », le récit de la vie quotidienne dans ces deux villes, situées de part et d'autre de la frontière israélo-palestinienne.

Dans les coulisses d’Upian, 1 - Webdocu.com

by 1 other (via)
Est-ce encore la peine de vous présenter Upian ? Cette agence pionnière du webdocu en France a donné naissance à des petits bijoux tels que Thanatorama ou Gaza Sderot. A travers une série de diaporamas sonores, Alexandre Brachet, le fondateur, nous présente sa boîte.

WorldScreen.com - Articles

(via)
From France, Oil for Fraud, a Maha Productions program for ARTE, was named best investigative and current affairs program; Skirt Day, an ARTE France production, was named best made-for-TV movie; and Gaza-Sderot: life in spite of everything, produced by Bo Travail in association with Alma Films, Trabelsi Productions, Ramattan Studio and Upian.com, was recognized as best original online program.

"Le Buzz" : les web-séries ont (enfin) la cote ! - LCI est @ vous / Le Buzz / Zap Net

Les web-séries ne sont plus risibles ! Elles trouvent désormais des financements, des acteurs et producteurs compétents...

Emmanuel Schwartzenberg, producteur des "Brèves de Marseille", et Alexandre Brachet, d'Upian, étaient sur le plateau du "Buzz"...

Cartt.ca

(via)
Gaza-Sderot: life in spite of everything, a production from France by Bo Travail in association with Alma Films, Trabelsi Productions, Ramattan Studio and Upian.com was named best Original Online Program.