public marks

PUBLIC MARKS from srcmax with tags "gaza sderot" & "canon city"

09 July 2009

Le webdocumentaire à la une « HemispheriqueS

(via)

A l’occasion du festival Sunny Side of the doc, le quotidien gratuit 20 mn a consacré un article à ce nouveau genre journalistique. L’occasion pour Alexandre Brachet d’Upian de revenir sur son engagement de producteur et sur une démarche qui l’a conduit de la Cité des mortes à sa dernière production – actuellement en chantier – Canon City.

29 June 2009

Le Web-docu tisse sa toile sur 20minutes.fr

Une évolution qu'Alexandre Brachet d'Upian a constatée avec ses propres productions. « En 2002, avec La Cité des mortes, on essayait d'utiliser des contenus différents, vidéos, photos, cartographie. Puis, dans Thanatorama, on a introduit l'interactivité, puisque l'internaute en est le héros... mort ! Enfin, avec Gaza/Sderot, on a intégré graphisme et technologies à l'histoire, puisqu'il s'agissait de décrire les vies parallèles dans ces villes, avec, par exemple, une frontière entre deux écrans sur le site. » Upian développe Canon City, un Web-docu sur les prisons américaines, « où, nouveau pas, on va insérer des contenus envoyés par les internautes car je pense que le Web-docu doit être une oeuvre collective ». Et donc, en progrès.

26 June 2009

Le web-documentaire explose sur la toile sur 20minutes.fr

(via)

Une évolution qu'Alexandre Brachet, d'Upian, a effectuée avec ses propres productions. «En 2002, avec “La Cité des mortes”, on essayait d'utiliser les contenus différents, vidéos, photos, cartographie. Puis dans “Thanatorama”, on a vraiment introduit l'interactivité, puisque l'internaute en est le héros… mort! Enfin, avec “Gaza/Sderot”, on a intégré graphisme et technologies à l'histoire, puisqu'il s'agissait de décrire les vies parallèles dans ces deux villes, avec par exemple une frontière entre deux écrans sur le site».

Upian développe actuellement «Canon City», un web-docu sur les prisons américaines «où, nouveau pas, on va insérer des contenus envoyés par les internautes, car je pense que le web-documentaire doit être une œuvre collective». Et, donc, en progrès.