public marks

PUBLIC MARKS from noel_basile with tags grande-bretagne & royaume-uni

January 2007

La France et la Grande-Bretagne ont failli s'unir, pour le meilleur et pour le pire - Le Blog de Noel Basile

Des archives britanniques, longtemps accessibles mais jamais fouillées, tracent les détails d'une proposition de mariage faite par la France de Guy Mollet au premier ministre du Royaume-Uni Absurde au point de tomber à la renverse! Et pourtant c'est écrit noir sur blanc. De vieilles archives des services secrets britanniques longtemps déclassifiées mais que personne n'a pris la peine de les consulter depuis vingt ans indiquent que, le 10 septembre 1956, le président du Conseil Guy Mollet se rendit à Londres pour évoquer avec son homologue Anthony Eden «la possibilité d'une union entre le Royaume-Uni et la France». On doit à la BBC Radio 4 d'avoir eu la curiosité d'exhumer sur son antenne, hier soir, ces annales époustouflantes qui racontent comment la reine Elisabeth II a failli devenir chef de l'Etat français. Le reportage raconte qu'à l'époque, la France était empêtrée dans des difficultés économiques, inquiète par la naissance du mouvement indépendantiste algérien et tendue à l'idée de devoir intervenir militairement au Proche-Orient pour le contrôle du canal de Suez. On reste sur sa faim car les motivations qui ont poussé Guy Mollet à entreprendre une telle démarche restent, à un demi siè

Vin: les transactions britanniques seront bientôt en tête, devant le marché français historiquement omnipotent - Le Blog de Noel Basile

Voila une avance dont les Anglais ne sont pas peu fiers! D'ici trois ans, le marché du vin en Grande-Bretagne va connaître une telle expansion que les consommateurs là-bas dépenseront beaucoup plus d'argent à garnir leur cave et arroser leur repas que dans n'importe quel autre pays européen, selon une étude publiée par l'IWSR (International Wine and Spirit Record) et sur laquelle revient ce matin le Times avec une certaine satisfaction. « Sacré bleu!», titre-t-il, «la France traîne des pieds derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni sur le marché des vins»

September 2006

Relations franco-britanniques : du transfert de frustration chez l'ancien ministre Michael Portillo - Le Blog de Noel Basile

De vives critiques se font entendre à Londres contre la diplomatie française pour son attitude insubordonnée à la puissance américaine, qualifiée par certains commentateurs de «poudre aux yeux». C'est le sens qu'a donné un ancien ministre de la défense de droite à son point de vue publié dans le Sunday Times Indécrottables Anglais. Dès qu'il s'agit de taper sur la France, ils ne font jamais dans la demi-mesure. La dernière charge en date est l'oeuvre de Michael Portillo, ancien ministre de la défense dans le gouvernement conservateur de John Major. Commentant dans le Sunday Times les tâtonnements de Paris avant de fixer le nombre de ses soldats affectés finalement à la mission des Casques Bleus au Sud Liban, cet ex-responsable politique converti aux plateaux de télévision a tiré à boulets rouges. Cela nous a valu un procès uniquement à charge et un parallèle, aussi léger qu'un pudding, dressé entre les Français champions de la «grandiloquence» et les Britanniques, parangons du «pragmatisme».

August 2006

Gastronomie, Europe, Grande-Bretagne, Royaume-Uni, Jacques Chirac, Etats-Unis, Cuisine française, Nutritionnistes, Obésité - Le Blog de Noel Basile

Gastronomie, Europe, Grande-Bretagne, Royaume-Uni, Jacques Chirac, Etats-Unis, Cuisine française, Nutritionnistes, Obésité France, ta cuisine reste au zénith ! Les Anglais plébiscitent la cuisine française, les Américains louent la taille de son assiette Ils peuvent bien nous taquiner, s'offusquer d'une célèbre remarque de Jacques Chirac sur la qualité de leur nourriture -''On ne peut pas faire confiance à des gens qui ont une cuisine aussi mauvaise''- mais la réalité est là. Les Anglais préfèrent de loin la cuisine française à la leur, optent bien volontiers pour le croissant-beurre au détriment du crumpet, leur galette nationale, et savourent plus le boeuf bourguignon que le Lancashire hotpot, leur habituel ragoût fait de viande et de légumes. C'est un sondage de la chaîne de restaurants français, Cafe Rouge, mené auprès de 9000 personnes en Grande-Bretagne et répandu hier dans les journaux par une dépêche de l'Agence France Presse qui a asséné aux Britanniques ce constat dur à digérer. Comble de l'humiliation, la baguette française, celle qui accompagne inévitablement sous le bras la caricature du Français avec son béret et son litron, est plébiscitée par les sujets de sa Majesté à 87% lorsqu'on leur demande de la comparer à leur pain quotidien, le bread roll. La publication de ce sondage coïncide, hélas, avec la publication moins truculente, ce vendredi matin, d'une étude du gouvernement britannique sur les dangers de l'obésité qui guettent un Anglais sur trois à l'horizon 2010 et coûte 1 milliard de pounds (1,47 M €) par an à la sécurité sociale. Un souci de santé public partagé avec les Etats-Unis où les nutritionnistes s'inquiètent davantage et donnent la France –ça ne mérite pas pour autant un cocorico, soyons sérieux- en exemple. Les Américains parlent ainsi, et de plus en plus, du « paradoxe français », celui de bien manger sans trop grossir. Ils pensent même en avoir percer le secret : tout est dans la taille de l'assiette. Le docteur Joey Shulman cite ainsi l'étude conjointe menée, il y a quelque temps déjà, par l'Université de Pennsylvanie et le CNRS qui traduisait en chiffres l'évidence de la disproportion des plats aux Etats-Unis. Les chercheurs se sont postés dans 11 restaurants comparables, à Paris et à Philadelphie, et ont noté qu'en général la portion servie en France est 25% plus petite que celle fournie aux Etats-Unis. Plus flagrant, les restaurants chinois à Philadelphie proposent des plats 72% plus garnis que ceux présentés couramment dans la capitale française, sans parler des barres chocolatés et des boissons sucrées, respectivement plus grandes de 41% et de 53%. Big is beautiful, peut-être, mais côté cuisine la tendance, plus que jamais, est au less is more. 2006 © - Noel BASILE