public marks

PUBLIC MARKS from noel_basile with tags france & onu

January 2007

Le français langue officielle à l'ONU: Ban Ki-moon le reconnaît avec tact et diplomatie - Le Blog de Noel Basile

Le français langue officielle à l'ONU: Ban Ki-moon le reconnaît avec tact et diplomatie Subterfuge Mais il faut regarder la réalité en face... Décidément, il n'y coupera pas. Ban Ki-moon, doit apprendre à parler français sauf à être harcelé jusqu'à la fin de son mandat. Diplomate comme il est, il s'en sort pour l'instant avec des pirouettes, mais les «gardiens», authentiques ou occasionnels, de la francophonie ne lâchent pas prise. Hier, le tout nouveau secrétaire général des Nations Unies qui trottinait tranquillement pendant sa première conférence de presse depuis sa prise des fonctions, le 2 janvier, en dialoguant avec les journalistes dans la langue de Shakespeare, a subi un nouveau tacle, régulier encore une fois, lorsqu'un reporter de la BBC-Afrique lui a demandé de répondre à sa question en français.

November 2006

L'usage du français à l'ONU, Jacques Chirac accentue la pression sur le prochain secrétaire général Kim Ban-Moon - Le Blog de Noel Basile

Ne jamais lâcher prise La défense acharnée de la francophonie, une nécessité absolue pour préserver la place de la France sur la scène internationale, est tournée en dérision par ceux qui ne comprennent pas pourquoi Paris ne rend pas les armes devant la suprématie de la langue anglaise La mention n'intervient qu'au tout dernier paragraphe du communiqué officiel de l'Elysée sur la rencontre, vendredi, de Jacques Chirac avec le futur secrétaire général de l'ONU mais elle en dit long sur l'extrême vigilance de la France sur l'application des règles onusiennes faisant du français une de ses deux langues officielles avec l'anglais. On y lit que le «Président de la République a rappelé la place de la francophonie dans le système des Nations Unies. Il a salué la qualité de son français» en parlant du Sud-Coréen, Kim Ban-Moon. Une phrase en forme de sauf-conduit délivré à l'actuel ministre sud-coréen des affaires étrangères et successeur désigné de Kofi Annan. Dans son compte-rendu rédigé depuis Paris, l'agence Associeted Press précise que le «déjeuner de travail à l'Elysée s'est tenu intégralement en français». La rédactrice de la dépêche, Christine Ollivier, se presse même d'indiquer que M. Ban-Moon, qui prendra ses fonctions le 1er janvier 2007 à la tête de l'ONU, «avait dû se mettre sérieusement au français il y a un an» et, en fin diplomate, «s'est tout d'abord adressé dans la langue de Molière aux journalistes qui l'attendaient dans la cour de l'Elysée». L'amusant dans l'affaire est que sa consoeur du service en langue anglaise de l'AP, Angela Charleton, a repris ces éléments d'information pour rédiger une toute autre version à destination des journaux anglo-saxons, reprise intégralement par 54 publications à travers le monde, dans laquelle elle estime que l'insistance de Jacques Chirac sur l'usage du français «appartient au fond des âges» car si le Français «fut la langue de la politique internationale au siècle dernier, aujourd'hui l'anglais est la lingua franca que ce soit en diplomatie ou en dans les affaires... même au sein de l'Union Européenne». Une chose est sure. Le futur patron de l'ONU qui avait émaillé son discours de quelques phrases en français le 13 octobre dernier, jour de son élection à New York, n'en avait pas fini avec son examen de français. Il a ainsi rencontré pendant sa halte parisienne Abdou Diouf, Secrétaire général de la francophonie qui lui a rappelé, comme il se doit, «le respect du plurilinguisme au sein du système des Nations Unies, un des combats majeurs de la Francophonie». Il y a des clous, comme écrivait Frédérique Dard, le papa de San Antonio et défenseur à sa manière de la langue française, il y a des clous sur la tête desquels il ne faut pas hésiter de taper.

October 2006

Liban - France: 23 ans après l'attentat du Drakkar, tout a changé, rien n'a changé - Le Blog de Noel Basile

Le 23 octobre 1983, deux attentats ont visé des troupes occidentales dépêchées au Liban pour tenter de mettre fin à la guerre après l'invasion du pays par Israël qui voulait déloger l'OLP de Yasser Arafat, source d'insécurité permanente à sa frontière nord. Le bilan de la double attaque-suicide contre la Force Multinationale stationnée à Beyrouth fut lourd: 241 marines américains et 58 parachutistes français y ont trouvé la mort.

September 2006

Liban , le Hezbollah franchit une nouvelle étape - Le Blog de Noel Basile

Le discours enfiévré de Hassan Nasrallah, vendredi, devant ses partisans n'est pas de nature à rassurer. Le chef du Hezbollah ne s'est pas contenté d'affirmer que son arsenal militaire reste intact; il a défié quiconque, «toutes les armées de la terre», de pouvoir le désarmer et a lancé un appel, à peine voilé, pour le renversement du gouvernement modéré et pro-occidental de Fouad Siniora.

Jacques Chirac, George Bush, l'atlantisme et Nicolas Sarkozy - Le Blog de Noel Basile

Le nostalgie sent la naphtaline et ses adeptes s'éclairent à la bougie diront les esprits fins lorsqu'on répétera ce matin que Jacques Chirac a une nouvelle fois incarné -comme Mitterrand avant lui mais qui d'autre après lui?- la conception gaulliste de la place de la France dans le monde. Mais défendre cette image de la France qui parle fort dans le concert des nations n'est pas une fin en soi. Faire entendre sa différence sur le Proche-Orient ou sur l'Iran est plus que nécessaire pour sortir du piège infernal dressé par la vision manichéenne de notre époque; le bien d'un côté, le mal de l'autre. Il se trouve que

Un journal égyptien critique violemment la France pour sa politique au Proche-Orient

Al-Wafd, organe de presse du principal parti d'opposition en Égypte, reproche à Paris son engagement pour résoudre la crise entre Israël et le Liban Le quotidien cairote édité par l'un des plus anciens partis politiques égyptiens, le parti Al-Wafd, a publié hier vendredi un violent article appelant ses lecteurs à se méfier de la France, «qui prétend être l'ami de notre nation arabe et musulmane et vers laquelle nos dirigeants se tournent à chaque moment difficile», écrit l'un de ses éditorialistes accusant Paris d'être «en réalité, le planificateur des catastrophes et des tragédies» qui frappent la région du Proche-Orient.

Oussama Ben Laden ou Hassan Nasrallah , lequel est-il le plus dangereux pour la France ? - Le Blog de Noel Basile

L'annonce par le groupe terroriste Al Quaida qu'il a enrôlé le GSPC algérien (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) et les menaces qu'il profère contre la France ne sont pas de nature à rassurer même s'«il n'y a là rien de nouveau», comme l'a déclaré hier soir Nicolas Sarkozy sur France2. En effet, Al Quaïda a classé la France parmi les pays «mécréants» désignés comme cibles depuis l'interdiction du foulard islamique à l'école. Par ailleurs, les Salafistes algériens avaient depuis plusieurs années fait des offres de service à Ben Laden, sans succès car soupçonnés d'être infiltrés par les services secrets d'Alger, avant d'être «incorporés» en 2003 puis appelés à agir cette semaine par Ayman Al-Zawahiri. Le seul élément récent, c'est bien évidemment l'envoi de soldats français au Sud Liban conformément à la résolution 1701 des Nations Unies. On peut donc estimer que cet engagement militaire au Proche-Orient est désormais évalué, pas pour le mêmes raisons, par deux hommes aux portraits largement diffusés sur nos écrans de télévision: Oussama Ben Laden et Hassan Nasrallah. Les deux arborent turbans%2

August 2006

Liban France : 2000 soldats pour renforcer la FINUL et retrouver son rang sur la scène internationale - Le Blog de Noel Basile

Liban France : 2000 soldats pour renforcer la FINUL et retrouver son rang sur la scène internationale L'annonce de Jacques Chirac, hier soir, a redonné à la France sa crédibilité et lui permet de tenir son rang dans le concert des nations après les atermoiements de plus d'une semaine qui l'ont exposée aux sarcasmes et aux quolibets. Le président de la république dit avoir tenu à obtenir toutes les clarifications nécessaires de l'ONU avant d'accepter d'engager l'équivalent de deux régiments, soit 1600 hommes qui viendront s'ajouter aux 400 déjà affectés à la FINUL. Les garanties exprimées depuis New York sont une chose et celles, secrètes si elles existent, du Hezbollah via l'Iran ou d'Israël,, sans intermédiaire, en sont une autre. Il ne faut pas se leurrer, la France n'envoie pas des gendarmes régler la circulation aux carrefours (défoncés) du Sud Liban mais bel et bien une force armée pour séparer deux belligérants qui ne rêvent que d'en découdre sur l'un des terrains les plus chauds de la planète. Evitant le ridicule, elle s'expose au danger. Jouer dans la cour des grands est à ce prix là, mais après tout le panache, elle s'y connaît et le coq n'a pas encore déserté son emblême.