public marks

PUBLIC MARKS from noel_basile with tags france & inde

February 2007

Inde: la France à l'assaut du marché du luxe, mais tout est relatif - Le Blog de Noel Basile

Comment le dire simplement et sans froisser personne? C'est simple, c'est la mondialisation. Pendant que l'Inde exporte à tour de bras, que Lakshmi Mittal achète Arcelor et que Tata Steel s'offre un autre géant de la sidérurgie en Europe, sans oublier les ingénieurs informatiques installés sur les bords du Gange qui louent -à distance et à des prix défiant toute concurrence- leur savoir faire hautement qualifié, la France arrive encore à se rattraper dans la course à l'excellence économique en proposant aux Indiens, dans l'autre sens, ce qu'elle sait le mieux vendre: son art de vivre et son image de marque.

January 2007

France - Inde : Amitabh Bachchan, roi de Bollywood, décoré de la Légion d'honneur - Le Blog de Noel Basile

La plus haute décoration honorifique française a été attribuée à l'acteur indien pour sa «contribution à la vie culturelle dans son pays et à travers le monde» La recevoir en France gonfle d'honneur, et même plus, son récipiendaire -qui jure généralement ne l'avoir pas demandée- mais on n'en fait pas la une des journaux. En Inde si. Le ruban rouge de la Légion d'honneur épinglée, ce week-end, au revers de la veste de Amitabh Bachchan, la superstar de Bollywood, a fait l'événement;

December 2006

Bollywoodmania: la France aimerait en profiter - Le Blog de Noel Basile

L'industrie du film en Inde est un vecteur de communication puissant qui touche de millions de spectateurs à travers le monde. La France voudrait surfer sur son succès, sans trop d'illusions

November 2006

France - Etats-Unis: une alliance sans allégeance, devenue une référence - Le Blog de Noel Basile

Être «la France» désigne désormais en langage diplomatique un pays allié des Etats-Unis mais qui tient à préserver son autonomie sur la scène internationale

Gaza, Israël et l'initiative pour la paix co-présentée par la France - Le Blog de Noel Basile

L'initiative pour la paix au Proche-Orient suggérée la semaine dernière par la France, l'Espagne et l'Italie a été tournée en dérision par Israël alors que côté palestinien le chaos politique est tel que plus personne ne sait qui détient vraiment le pouvoir pour exprimer une position digne de foi. Pourtant si Tony Blair pense que la catastrophe en Irak ne s'arrêtera qu'une fois les rapports entre Israéliens et Palestiniens pacifiés, il ne peut pas être soupçonné de jouer à "l'enquiquineur" comme Jacques Chirac et la France en général sont perçus en Israël. Et si Henry Kissinger, peu suspect de tiers-mondisme, dit qu'une victoire militaire est impossible en Irak et appelle à la tenue d'une conférence internationale sur le Proche-Orient, incluant non seulement l'Iran et la Syrie mais aussi des puissances régionales comme l'Inde et le Pakistan, c'est que le langage des armes -excusez l'euphémisme- est arrivé au bout de sa logique et qu'il faut bien un jour ou l'autre s'entendre à vivre ensemble, en paix, au risque de périr en Samson, détruisant le temple sur sa tête et la tête de ses ennemis.

October 2006

Corruption: la France ne brille pas par le comportement de ses entreprises à l'étranger - Le Blog de Noel Basile

Un palmarès annuel sur la malversation pointe la tendance des multinationales françaises, mais pas uniquement elles, à abuser des pots-de-vin pour consolider leurs positions dans les pays pauvres Transparency International, organisation non gouvernementale basée à Berlin, a publié ce matin son indice de corruption pour l'année 2006 qui classe les principaux pays exportateurs de la planète en fonction de la fâcheuse tendance de leurs entreprises à verser des pots-de-vin à l'étranger. Cette notation est le résultat d'une enquête effectuée par l'institut Gallup dans plusieurs pays émergents, pays pauvres pour utiliser une appellation moins politiquement correcte.

August 2006

Le FRANCE, ex SS Norway et dernièrement Blue Lady est à Alang en Inde, cimetière des navires - Le Blog de Noel Basile

Le paquebot FRANCE a accosté, hier mardi, au port indien d’Alang pour y être démantelé. Les nostalgiques n’ont plus que leurs yeux pour pleurer. « Le chantier pour le réduire en un tas de ferrailles commencera dans un mois ». C’est l’estimation émise, hier mardi, par les autorités officielles du port d’Alang (sud-ouest de l’Inde), citées par le Times of India, en accueillant le Blue Lady, ex - SS Norway, ancien paquebot FRANCE. La cour suprême de New Delhi avait écarté auparavant les derniers obstacles juridiques à son démantèlement après que des organisations environnementales eurent émis des protestations contre les dangers, pour les ouvriers d’Alang, de contamination à l’amiante contenue dans la carcasse du navire. Le bateau, considéré jusqu’aux années 70 comme un monument national et qui faisait la gloire de la marine marchande française, a connu quelques soubresauts dans son agonie de ces derniers mois ; certaines rumeurs, tardives, ont fait état, pêle-mêle, d’un projet pour le transformer en un hôtel de luxe au large des Emirats Arabes Unis ou le voyait converti en un musée flottant quelque part dans le monde. Greenpeace et d’autres organisations locales indiennes de défense de l’environnement soutiennent toujours que le FRANCE contient plus de 1200 tonnes d’amiante hautement cancérigène. Son démembrement les inquiète pour la santé des journaliers d’Alang, le plus grand chantier de démantèlement de navires du monde, qui sont sous-payés, sous-équipés et travaillent à mains nus sans aucune protection. En février dernier, la France avait dû rapatrier, après un périple coûteux et néanmoins rocambolesque, l’ancien porte-avions Clémenceau alors qu’il se dirigeait vers Alang. Greenpeace menait déjà la bataille contre les « poubelles flottantes contenant de l’amiante ». L’échec de sa campagne dans le cas du FRANCE serait à mettre, selon ses dirigeants, sur le compte d’ «intenses pressions » qu’aurait subies la cour suprême indienne ; celles des argentiers de l’industrie florissante du démantèlement de navires qui ne veulent pas perdre de l’argent ni leur première place sur ce marché fortement concurrentiel