public marks

PUBLIC MARKS with tags antilles & magazine

2010

2006

pyepimanla : le mag

by zephyrin (via)
Pyepimanla le Magazine Antillais à la périodicité mensuelle, se décline comme une rencontre de Martiniquais, Guadeloupéens, Guyanais, Français, Dominicais et Haïtiens se trouvant tant dans leur île qu’en Europe, qu’aux Etats-Unis ou ailleurs. Le magazine est né d’un besoin de se retrouver, de partager et surtout de ne pas perdre son identité dans cette globalisation qui tend à effacer les cultures et les particularismes. Tous les sujets peuvent être abordés, les choix sont fonction des intérêts des web-journalistes, toutefois le magazine se subdivise en une dizaine de rubriques dont : · Le TEMPS, parler du temps qu’il fait afin d’aborder des problématiques sociétales antillaises. · L’EDITO, qui s’apparente à une critique sociale ou politique. · Le DOSSIER, une sélection d’articles sur ce qui fait l’actualité des communautés antillaise et afro-antillaise dans les îles, en France ou dans le monde. · UN REGARD, des articles liés au racisme, aux discriminations, aux inégalités, aux problèmes de santé, dont sont en butte les communautés noires d’où elles se trouvent de par le monde. · HAÏTI, une fascination tant la richesse de ce peuple est grande, une culture, une religion, et beaucoup de souffrance. · REBOND, qui souvent s’apparente à un rappel à l’ordre ou à une critique vis à vis d’individus dont la prise de position nous déplait. · Les PAROLES-FORCES, série de textes, d’articles, de points de vue, de l’intelligentsia antillaise. · LOCAL BÔ KAY, revue de presse de l’actualité-pays (Martinique, Guadeloupe et Guyane). · PHOTOGRAPHIES, POESIE, et MUSIQUE. Pyepimanla est une prise de parole et un resserrement d’espace entre divers continents, offre des textes de qualité, des photographies, des poésies. Le magazine recherche avant tout à susciter une émotion, un dépaysement, c’est une originalité qui fait que chaque page mise en ligne est unique. La ligne éditoriale : Que l’on s’instruise, se conscientise, qu’on fasse peuple en dépit de notre dispersion et de l’histoire. Pyepimanla pour qui ? Tous ceux qui partagent des valeurs humaines de respect, de tolérance et en recherche de l’autre dans sa singularité et sa spécificité. Pyepimanla par qui ? Les intervenants de ce magazine sont des journalistes, des universitaires, des professeurs, des économistes, des juristes, des sociologues, des historiens, des chercheurs, des syndicalistes, des communicants, des écrivains et des poètes.

pyepimanla : le mag

by zephyrin (via)
Pyepimanla le Magazine Antillais à la périodicité mensuelle, se décline comme une rencontre de Martiniquais, Guadeloupéens, Guyanais, Français, Dominicais et Haïtiens se trouvant tant dans leur île qu’en Europe, qu’aux Etats-Unis ou ailleurs. Le magazine est né d’un besoin de se retrouver, de partager et surtout de ne pas perdre son identité dans cette globalisation qui tend à effacer les cultures et les particularismes. Tous les sujets peuvent être abordés, les choix sont fonction des intérêts des web-journalistes, toutefois le magazine se subdivise en une dizaine de rubriques dont : · Le TEMPS, parler du temps qu’il fait afin d’aborder des problématiques sociétales antillaises. · L’EDITO, qui s’apparente à une critique sociale ou politique. · Le DOSSIER, une sélection d’articles sur ce qui fait l’actualité des communautés antillaise et afro-antillaise dans les îles, en France ou dans le monde. · UN REGARD, des articles liés au racisme, aux discriminations, aux inégalités, aux problèmes de santé, dont sont en butte les communautés noires d’où elles se trouvent de par le monde. · HAÏTI, une fascination tant la richesse de ce peuple est grande, une culture, une religion, et beaucoup de souffrance. · REBOND, qui souvent s’apparente à un rappel à l’ordre ou à une critique vis à vis d’individus dont la prise de position nous déplait. · Les PAROLES-FORCES, série de textes, d’articles, de points de vue, de l’intelligentsia antillaise. · LOCAL BÔ KAY, revue de presse de l’actualité-pays (Martinique, Guadeloupe et Guyane). · PHOTOGRAPHIES, POESIE, et MUSIQUE. Pyepimanla est une prise de parole et un resserrement d’espace entre divers continents, offre des textes de qualité, des photographies, des poésies. Le magazine recherche avant tout à susciter une émotion, un dépaysement, c’est une originalité qui fait que chaque page mise en ligne est unique. La ligne éditoriale : Que l’on s’instruise, se conscientise, qu’on fasse peuple en dépit de notre dispersion et de l’histoire. Pyepimanla pour qui ? Tous ceux qui partagent des valeurs humaines de respect, de tolérance et en recherche de l’autre dans sa singularité et sa spécificité. Pyepimanla par qui ? Les intervenants de ce magazine sont des journalistes, des universitaires, des professeurs, des économistes, des juristes, des sociologues, des historiens, des chercheurs, des syndicalistes, des communicants, des écrivains et des poètes.

pyepimanla : le mag

by zephyrin (via)
Pyepimanla le Magazine Antillais à la périodicité mensuelle, se décline comme une rencontre de Martiniquais, Guadeloupéens, Guyanais, Français, Dominicais et Haïtiens se trouvant tant dans leur île qu’en Europe, qu’aux Etats-Unis ou ailleurs. Le magazine est né d’un besoin de se retrouver, de partager et surtout de ne pas perdre son identité dans cette globalisation qui tend à effacer les cultures et les particularismes. Tous les sujets peuvent être abordés, les choix sont fonction des intérêts des web-journalistes, toutefois le magazine se subdivise en une dizaine de rubriques dont : · Le TEMPS, parler du temps qu’il fait afin d’aborder des problématiques sociétales antillaises. · L’EDITO, qui s’apparente à une critique sociale ou politique. · Le DOSSIER, une sélection d’articles sur ce qui fait l’actualité des communautés antillaise et afro-antillaise dans les îles, en France ou dans le monde. · UN REGARD, des articles liés au racisme, aux discriminations, aux inégalités, aux problèmes de santé, dont sont en butte les communautés noires d’où elles se trouvent de par le monde. · HAÏTI, une fascination tant la richesse de ce peuple est grande, une culture, une religion, et beaucoup de souffrance. · REBOND, qui souvent s’apparente à un rappel à l’ordre ou à une critique vis à vis d’individus dont la prise de position nous déplait. · Les PAROLES-FORCES, série de textes, d’articles, de points de vue, de l’intelligentsia antillaise. · LOCAL BÔ KAY, revue de presse de l’actualité-pays (Martinique, Guadeloupe et Guyane). · PHOTOGRAPHIES, POESIE, et MUSIQUE. Pyepimanla est une prise de parole et un resserrement d’espace entre divers continents, offre des textes de qualité, des photographies, des poésies. Le magazine recherche avant tout à susciter une émotion, un dépaysement, c’est une originalité qui fait que chaque page mise en ligne est unique. La ligne éditoriale : Que l’on s’instruise, se conscientise, qu’on fasse peuple en dépit de notre dispersion et de l’histoire. Pyepimanla pour qui ? Tous ceux qui partagent des valeurs humaines de respect, de tolérance et en recherche de l’autre dans sa singularité et sa spécificité. Pyepimanla par qui ? Les intervenants de ce magazine sont des journalistes, des universitaires, des professeurs, des économistes, des juristes, des sociologues, des historiens, des chercheurs, des syndicalistes, des communicants, des écrivains et des poètes.

pyepimanla : le mag

by zephyrin (via)
Pyepimanla le Magazine Antillais à la périodicité mensuelle, se décline comme une rencontre de Martiniquais, Guadeloupéens, Guyanais, Français, Dominicais et Haïtiens se trouvant tant dans leur île qu’en Europe, qu’aux Etats-Unis ou ailleurs. Le magazine est né d’un besoin de se retrouver, de partager et surtout de ne pas perdre son identité dans cette globalisation qui tend à effacer les cultures et les particularismes. Tous les sujets peuvent être abordés, les choix sont fonction des intérêts des web-journalistes, toutefois le magazine se subdivise en une dizaine de rubriques dont : · Le TEMPS, parler du temps qu’il fait afin d’aborder des problématiques sociétales antillaises. · L’EDITO, qui s’apparente à une critique sociale ou politique. · Le DOSSIER, une sélection d’articles sur ce qui fait l’actualité des communautés antillaise et afro-antillaise dans les îles, en France ou dans le monde. · UN REGARD, des articles liés au racisme, aux discriminations, aux inégalités, aux problèmes de santé, dont sont en butte les communautés noires d’où elles se trouvent de par le monde. · HAÏTI, une fascination tant la richesse de ce peuple est grande, une culture, une religion, et beaucoup de souffrance. · REBOND, qui souvent s’apparente à un rappel à l’ordre ou à une critique vis à vis d’individus dont la prise de position nous déplait. · Les PAROLES-FORCES, série de textes, d’articles, de points de vue, de l’intelligentsia antillaise. · LOCAL BÔ KAY, revue de presse de l’actualité-pays (Martinique, Guadeloupe et Guyane). · PHOTOGRAPHIES, POESIE, et MUSIQUE. Pyepimanla est une prise de parole et un resserrement d’espace entre divers continents, offre des textes de qualité, des photographies, des poésies. Le magazine recherche avant tout à susciter une émotion, un dépaysement, c’est une originalité qui fait que chaque page mise en ligne est unique. La ligne éditoriale : Que l’on s’instruise, se conscientise, qu’on fasse peuple en dépit de notre dispersion et de l’histoire. Pyepimanla pour qui ? Tous ceux qui partagent des valeurs humaines de respect, de tolérance et en recherche de l’autre dans sa singularité et sa spécificité. Pyepimanla par qui ? Les intervenants de ce magazine sont des journalistes, des universitaires, des professeurs, des économistes, des juristes, des sociologues, des historiens, des chercheurs, des syndicalistes, des communicants, des écrivains et des poètes.

pyepimanla : le mag

by zephyrin (via)
Pyepimanla le Magazine Antillais à la périodicité mensuelle, se décline comme une rencontre de Martiniquais, Guadeloupéens, Guyanais, Français, Dominicais et Haïtiens se trouvant tant dans leur île qu’en Europe, qu’aux Etats-Unis ou ailleurs. Le magazine est né d’un besoin de se retrouver, de partager et surtout de ne pas perdre son identité dans cette globalisation qui tend à effacer les cultures et les particularismes. Tous les sujets peuvent être abordés, les choix sont fonction des intérêts des web-journalistes, toutefois le magazine se subdivise en une dizaine de rubriques dont : · Le TEMPS, parler du temps qu’il fait afin d’aborder des problématiques sociétales antillaises. · L’EDITO, qui s’apparente à une critique sociale ou politique. · Le DOSSIER, une sélection d’articles sur ce qui fait l’actualité des communautés antillaise et afro-antillaise dans les îles, en France ou dans le monde. · UN REGARD, des articles liés au racisme, aux discriminations, aux inégalités, aux problèmes de santé, dont sont en butte les communautés noires d’où elles se trouvent de par le monde. · HAÏTI, une fascination tant la richesse de ce peuple est grande, une culture, une religion, et beaucoup de souffrance. · REBOND, qui souvent s’apparente à un rappel à l’ordre ou à une critique vis à vis d’individus dont la prise de position nous déplait. · Les PAROLES-FORCES, série de textes, d’articles, de points de vue, de l’intelligentsia antillaise. · LOCAL BÔ KAY, revue de presse de l’actualité-pays (Martinique, Guadeloupe et Guyane). · PHOTOGRAPHIES, POESIE, et MUSIQUE. Pyepimanla est une prise de parole et un resserrement d’espace entre divers continents, offre des textes de qualité, des photographies, des poésies. Le magazine recherche avant tout à susciter une émotion, un dépaysement, c’est une originalité qui fait que chaque page mise en ligne est unique. La ligne éditoriale : Que l’on s’instruise, se conscientise, qu’on fasse peuple en dépit de notre dispersion et de l’histoire. Pyepimanla pour qui ? Tous ceux qui partagent des valeurs humaines de respect, de tolérance et en recherche de l’autre dans sa singularité et sa spécificité. Pyepimanla par qui ? Les intervenants de ce magazine sont des journalistes, des universitaires, des professeurs, des économistes, des juristes, des sociologues, des historiens, des chercheurs, des syndicalistes, des communicants, des écrivains et des poètes.

pyepimanla : le mag

by zephyrin (via)
Pyepimanla le Magazine Antillais à la périodicité mensuelle, se décline comme une rencontre de Martiniquais, Guadeloupéens, Guyanais, Français, Dominicais et Haïtiens se trouvant tant dans leur île qu’en Europe, qu’aux Etats-Unis ou ailleurs. Le magazine est né d’un besoin de se retrouver, de partager et surtout de ne pas perdre son identité dans cette globalisation qui tend à effacer les cultures et les particularismes. Tous les sujets peuvent être abordés, les choix sont fonction des intérêts des web-journalistes, toutefois le magazine se subdivise en une dizaine de rubriques dont : · Le TEMPS, parler du temps qu’il fait afin d’aborder des problématiques sociétales antillaises. · L’EDITO, qui s’apparente à une critique sociale ou politique. · Le DOSSIER, une sélection d’articles sur ce qui fait l’actualité des communautés antillaise et afro-antillaise dans les îles, en France ou dans le monde. · UN REGARD, des articles liés au racisme, aux discriminations, aux inégalités, aux problèmes de santé, dont sont en butte les communautés noires d’où elles se trouvent de par le monde. · HAÏTI, une fascination tant la richesse de ce peuple est grande, une culture, une religion, et beaucoup de souffrance. · REBOND, qui souvent s’apparente à un rappel à l’ordre ou à une critique vis à vis d’individus dont la prise de position nous déplait. · Les PAROLES-FORCES, série de textes, d’articles, de points de vue, de l’intelligentsia antillaise. · LOCAL BÔ KAY, revue de presse de l’actualité-pays (Martinique, Guadeloupe et Guyane). · PHOTOGRAPHIES, POESIE, et MUSIQUE. Pyepimanla est une prise de parole et un resserrement d’espace entre divers continents, offre des textes de qualité, des photographies, des poésies. Le magazine recherche avant tout à susciter une émotion, un dépaysement, c’est une originalité qui fait que chaque page mise en ligne est unique. La ligne éditoriale : Que l’on s’instruise, se conscientise, qu’on fasse peuple en dépit de notre dispersion et de l’histoire. Pyepimanla pour qui ? Tous ceux qui partagent des valeurs humaines de respect, de tolérance et en recherche de l’autre dans sa singularité et sa spécificité. Pyepimanla par qui ? Les intervenants de ce magazine sont des journalistes, des universitaires, des professeurs, des économistes, des juristes, des sociologues, des historiens, des chercheurs, des syndicalistes, des communicants, des écrivains et des poètes.

pyepimanla : le mag

by zephyrin (via)
Pyepimanla le Magazine Antillais à la périodicité mensuelle, se décline comme une rencontre de Martiniquais, Guadeloupéens, Guyanais, Français, Dominicais et Haïtiens se trouvant tant dans leur île qu’en Europe, qu’aux Etats-Unis ou ailleurs. Le magazine est né d’un besoin de se retrouver, de partager et surtout de ne pas perdre son identité dans cette globalisation qui tend à effacer les cultures et les particularismes. Tous les sujets peuvent être abordés, les choix sont fonction des intérêts des web-journalistes, toutefois le magazine se subdivise en une dizaine de rubriques dont : · Le TEMPS, parler du temps qu’il fait afin d’aborder des problématiques sociétales antillaises. · L’EDITO, qui s’apparente à une critique sociale ou politique. · Le DOSSIER, une sélection d’articles sur ce qui fait l’actualité des communautés antillaise et afro-antillaise dans les îles, en France ou dans le monde. · UN REGARD, des articles liés au racisme, aux discriminations, aux inégalités, aux problèmes de santé, dont sont en butte les communautés noires d’où elles se trouvent de par le monde. · HAÏTI, une fascination tant la richesse de ce peuple est grande, une culture, une religion, et beaucoup de souffrance. · REBOND, qui souvent s’apparente à un rappel à l’ordre ou à une critique vis à vis d’individus dont la prise de position nous déplait. · Les PAROLES-FORCES, série de textes, d’articles, de points de vue, de l’intelligentsia antillaise. · LOCAL BÔ KAY, revue de presse de l’actualité-pays (Martinique, Guadeloupe et Guyane). · PHOTOGRAPHIES, POESIE, et MUSIQUE. Pyepimanla est une prise de parole et un resserrement d’espace entre divers continents, offre des textes de qualité, des photographies, des poésies. Le magazine recherche avant tout à susciter une émotion, un dépaysement, c’est une originalité qui fait que chaque page mise en ligne est unique. La ligne éditoriale : Que l’on s’instruise, se conscientise, qu’on fasse peuple en dépit de notre dispersion et de l’histoire. Pyepimanla pour qui ? Tous ceux qui partagent des valeurs humaines de respect, de tolérance et en recherche de l’autre dans sa singularité et sa spécificité. Pyepimanla par qui ? Les intervenants de ce magazine sont des journalistes, des universitaires, des professeurs, des économistes, des juristes, des sociologues, des historiens, des chercheurs, des syndicalistes, des communicants, des écrivains et des poètes.

pyepimanla : le mag

by zephyrin (via)
Pyepimanla le Magazine Antillais à la périodicité mensuelle, se décline comme une rencontre de Martiniquais, Guadeloupéens, Guyanais, Français, Dominicais et Haïtiens se trouvant tant dans leur île qu’en Europe, qu’aux Etats-Unis ou ailleurs. Le magazine est né d’un besoin de se retrouver, de partager et surtout de ne pas perdre son identité dans cette globalisation qui tend à effacer les cultures et les particularismes. Tous les sujets peuvent être abordés, les choix sont fonction des intérêts des web-journalistes, toutefois le magazine se subdivise en une dizaine de rubriques dont : · Le TEMPS, parler du temps qu’il fait afin d’aborder des problématiques sociétales antillaises. · L’EDITO, qui s’apparente à une critique sociale ou politique. · Le DOSSIER, une sélection d’articles sur ce qui fait l’actualité des communautés antillaise et afro-antillaise dans les îles, en France ou dans le monde. · UN REGARD, des articles liés au racisme, aux discriminations, aux inégalités, aux problèmes de santé, dont sont en butte les communautés noires d’où elles se trouvent de par le monde. · HAÏTI, une fascination tant la richesse de ce peuple est grande, une culture, une religion, et beaucoup de souffrance. · REBOND, qui souvent s’apparente à un rappel à l’ordre ou à une critique vis à vis d’individus dont la prise de position nous déplait. · Les PAROLES-FORCES, série de textes, d’articles, de points de vue, de l’intelligentsia antillaise. · LOCAL BÔ KAY, revue de presse de l’actualité-pays (Martinique, Guadeloupe et Guyane). · PHOTOGRAPHIES, POESIE, et MUSIQUE. Pyepimanla est une prise de parole et un resserrement d’espace entre divers continents, offre des textes de qualité, des photographies, des poésies. Le magazine recherche avant tout à susciter une émotion, un dépaysement, c’est une originalité qui fait que chaque page mise en ligne est unique. La ligne éditoriale : Que l’on s’instruise, se conscientise, qu’on fasse peuple en dépit de notre dispersion et de l’histoire. Pyepimanla pour qui ? Tous ceux qui partagent des valeurs humaines de respect, de tolérance et en recherche de l’autre dans sa singularité et sa spécificité. Pyepimanla par qui ? Les intervenants de ce magazine sont des journalistes, des universitaires, des professeurs, des économistes, des juristes, des sociologues, des historiens, des chercheurs, des syndicalistes, des communicants, des écrivains et des poètes.

pyepimanla : le mag

by zephyrin (via)
Pyepimanla le Magazine Antillais à la périodicité mensuelle, se décline comme une rencontre de Martiniquais, Guadeloupéens, Guyanais, Français, Dominicais et Haïtiens se trouvant tant dans leur île qu’en Europe, qu’aux Etats-Unis ou ailleurs. Le magazine est né d’un besoin de se retrouver, de partager et surtout de ne pas perdre son identité dans cette globalisation qui tend à effacer les cultures et les particularismes. Tous les sujets peuvent être abordés, les choix sont fonction des intérêts des web-journalistes, toutefois le magazine se subdivise en une dizaine de rubriques dont : · Le TEMPS, parler du temps qu’il fait afin d’aborder des problématiques sociétales antillaises. · L’EDITO, qui s’apparente à une critique sociale ou politique. · Le DOSSIER, une sélection d’articles sur ce qui fait l’actualité des communautés antillaise et afro-antillaise dans les îles, en France ou dans le monde. · UN REGARD, des articles liés au racisme, aux discriminations, aux inégalités, aux problèmes de santé, dont sont en butte les communautés noires d’où elles se trouvent de par le monde. · HAÏTI, une fascination tant la richesse de ce peuple est grande, une culture, une religion, et beaucoup de souffrance. · REBOND, qui souvent s’apparente à un rappel à l’ordre ou à une critique vis à vis d’individus dont la prise de position nous déplait. · Les PAROLES-FORCES, série de textes, d’articles, de points de vue, de l’intelligentsia antillaise. · LOCAL BÔ KAY, revue de presse de l’actualité-pays (Martinique, Guadeloupe et Guyane). · PHOTOGRAPHIES, POESIE, et MUSIQUE. Pyepimanla est une prise de parole et un resserrement d’espace entre divers continents, offre des textes de qualité, des photographies, des poésies. Le magazine recherche avant tout à susciter une émotion, un dépaysement, c’est une originalité qui fait que chaque page mise en ligne est unique. La ligne éditoriale : Que l’on s’instruise, se conscientise, qu’on fasse peuple en dépit de notre dispersion et de l’histoire. Pyepimanla pour qui ? Tous ceux qui partagent des valeurs humaines de respect, de tolérance et en recherche de l’autre dans sa singularité et sa spécificité. Pyepimanla par qui ? Les intervenants de ce magazine sont des journalistes, des universitaires, des professeurs, des économistes, des juristes, des sociologues, des historiens, des chercheurs, des syndicalistes, des communicants, des écrivains et des poètes.

Active users

rwatuny
last mark : 03/03/2010 21:42

zephyrin
last mark : 19/10/2007 01:10